60 ans d’histoire

Depuis 1949, le mouvement Emmaüs s’est construit sur les deux piliers que sont la solidarité concrète et l’interpellation politique. Son histoire est marquée par le va-et-vient  et la complémentarité entre ces deux actions : agir en faveur des « plus souffrants » et se faire « la voix des sans-voix ». Dès le début des années cinquante, l’abbé Pierre est convaincu que la lutte contre la misère ne peut pas connaître de frontière. Il accompagne tout au long de sa vie l’implantation d’Emmaüs dans le monde.

Eté 1949L’abbé Pierre rencontre Georges Legay, qui devient le premier compagnon à Neuilly-Plaisance.
A l’été 1949, l’abbé Pierre est appelé auprès d’un homme désespéré.

Après 20 ans de bagne à Cayenne, Georges Legay a été gracié pour son comportement héroïque lors d’un incendie.

A son retour, il découvre qu’un autre homme occupe sa place dans son foyer et tente de se suicider.

L’abbé Pierre fait spontanément « le contraire de la bienfaisance » et lui propose de « venir l’aider… à aider les autres » en construisant des logements pour des familles sans-logis. Georges Legay accepte.D’autres hommes frappent à la porte de la maison Emmaüs de Neuilly-Plaisance et donnent naissance à la première communauté.

Comme Georges, d’autres hommes frappent bientôt à la porte de Neuilly-Plaisance.

La première communauté naît de ces rencontres « d’hommes ayant pris conscience de leur situation privilégiée et de leurs responsabilités sociales devant l’injustice, et d’hommes qui ne possédaient plus de raison de vivre, les uns et les autres décidant d’unir leurs volontés et leurs actes pour s’entraider et secourir ceux qui souffrent (…) ».

L’abbé Pierre ne leur propose pas tant « de quoi vivre » qu’une « raison de vivre » et met paradoxalement ceux qui n’avaient plus rien en situation de donner.La première famille est hébergée à Neuilly-Plaisance.

Une famille des environs est expulsée de son logement trois jours avant Noël.

N’ayant pas réussi à la reloger, l’abbé Pierre l’héberge chez lui.Les compagnons bâtisseurs construisent les premiers logements pour des familles.

Au printemps 1950, l’abbé Pierre achète un bout de terrain afin d’y bâtir un logis pour cette famille.

Cette construction, avec l’aide des premiers compagnons et des jeunes de l’auberge, marque le début des compagnons bâtisseurs d’Emmaüs.

En pleine crise du logement, d’autres familles sans-logis lui sont rapidement adressées.Pour vivre et continuer leur activité, les compagnons bâtisseurs se font chiffonniers.

En juin 1951, l’abbé Pierre n’est pas réélu député et perd les indemnités parlementaires qui faisaient vivre la communauté.

Dès décembre, les caisses sont vides. L’abbé Pierre part mendier la nuit dans les rues de Paris.

Ses compagnons l’apprennent et s’indignent : l’un d’eux, Auguste Le Gall, explique qu’il subsistait autrefois en fouillant dans les poubelles et revendant ce qu’il avait trié.

L’abbé Pierre lui fait confiance. Les compagnons se lancent dans cette activité nouvelle de chiffonniers.Les bâtisseurs construisent des logements pour 141 familles, tandis que l’abbé Pierre tente d’agir pour le logement par la voie politique.

Les bâtisseurs poursuivent la construction pour les familles sans-logis ou mal-logées, à Neuilly-sur-Marne, Charenton-le-Pont, Pomponne, sur des terrains achetés par Emmaüs, à crédit et avec l’aide de donateurs.

Construisant parfois sans permis, l’abbé Pierre se justifie auprès des autorités : « Quand la loi est ainsi faite que, pour les travailleurs, il est impossible d’avoir un logis, ce n’est pas d’entreprendre une construction sans permis qui est illégal, c’est la loi qui est illégale ».

Dès 1953, l’abbé Pierre multiplie les conférences sur le problème du logement.

En décembre 1953, il fait déposer par son ami sénateur Léo Hamon un projet d’amendement à la loi budgétaire pour l’affectation d’un milliard de francs à la création de cités d’urgence, sans succès.Le 1er février 1954, l’abbé Pierre lance son célèbre appel à la radio, qui provoque l’ « insurrection de la bonté ». Le retentissement médiatique est immense, tant en France qu’à l’étranger.

Le 1er février 1954, l’abbé Pierre lance son célèbre appel à la radio, qui provoque l’ « insurrection de la bonté ». Le retentissement médiatique est immense, tant en France qu’à l’étranger.

Le début de l’année 1954 connaît des températures glaciales. Le soir, l’abbé Pierre arpente les rues de Paris avec ses compagnons pour apporter un peu de réconfort aux « couche-dehors ».

Après la mort de froid d’un bébé, début janvier, il écrit une lettre ouverte à Maurice Lemaire, ministre de la Reconstruction et du Logement.

Une femme expulsée le matin de son logement meurt de froid sur le trottoir parisien ; indigné, l’abbé Pierre lance aussitôt un appel à la radio le 1er février 1954 : « Mes amis, au secours ! ».Dès sa diffusion, les dons affluent à l’hôtel Rochester de Paris. Le soir, près de 2000 personnes sont rassemblées au Panthéon pour mener les « couche-dehors » vers des « centres fraternels de dépannage », lieux d’hébergement de fortune.

En quelques jours, 150 millions de francs (soit quelques 2,6 millions d’euros), des centaines de tonnes de vêtements, couvertures, nourriture et moyens de chauffage sont recueillis à l’hôtel Rochester, puis à la gare d’Orsay, à Neuilly-Plaisance et au Parc des Expositions.

Cette mobilisation sans précédent de la France entière (et de pays limitrophes), la presse la nomme « l’insurrection de la bonté ».
Le gouvernement reconnaît enfin la nécessité des cités d’urgence.

Le Conseil des ministres adopte immédiatement un plan de 12 000 logements.

Le 30 avril, l’abbé Pierre inaugure les premiers logements au Plessis-Trévise en compagnie de Maurice Lemaire.

Demo Image

Demo Image

Demo Image

Demo Image

Demo Image

Demo Image

Demo Image

Le mouvement Emmaüs prend racine en France, dès 1949, avec la création des premières communautés. Dans un contexte de crise du logement, les compagnons créent des habitations pour reloger de nombreuses familles. Face à l’inaction des autorités, l’abbé Pierre lance son appel du 1er février 1954 dont le retentissement est immense en France comme à l’international.

A partir de 1954, l’abbé Pierre parcourt le monde, s’engageant dans une lutte mondiale contre la misère et témoignant de son expérience d’Emmaüs. Des groupes se créent dans plusieurs pays. Alors qu’il manque de mourir en 1963 dans un naufrage en Uruguay, l’abbé Pierre réalise l’urgence de structurer le Mouvement. Les associations Emmaüs du monde entier se réunissent pour la première fois en 1969 à Berne (Suisse) et Emmaüs International est créé en 1971.

Les assemblées mondiales successives forgent peu à peu l’identité du Mouvement et permettent à partir de la fin des années 1980 l’émergence d’actions et d’interpellations communes.